• Cécile, Diététicienne

      Cécile, Paris

      Diététicienne

    • C'est parti pour 9 mois placés
      sous le signe du changement !

      Au cours de la grossesse, une alimentation variée et équilibrée vous permettra de couvrir vos besoins nutritionnels en même temps que ceux de votre enfant. Ne vous inquiétez pas de la juste répartition entre ce que vous mangez pour vous et ce que vous mangez pour lui : votre corps est tout à fait capable de faire la part des choses.
      Une alimentation équilibrée devrait suffire à couvrir les besoins nutritionnels de la grossesse. Dans certains cas des compléments vitaminiques peuvent être nécessaires. Demandez conseil à votre médecin*.

    • UNE BONNE ALIMENTATION PENDANT LA GROSSESSE

      Bien se nourrir pendant la grossesse n’est pas très compliqué. Votre alimentation de femme enceinte doit surtout être saine et équilibrée.

      Commençons par quelques principes simples :
      L’alimentation d’une femme enceinte est très proche d’une alimentation normale et les apports doivent rester équilibrés et diversifiés. Au cours du premier trimestre, le besoin calorique est pratiquement inchangé. Il augmente de 100 à 200 Calories par jour au deuxième trimestre et de 250 à 300 Calories par jour pendant le troisième trimestre selon l’importance de votre activité.

      • Sélectionnez soigneusement les aliments que vous mangez pendant votre grossesse.

        En matière d’alimentation, les recommandations que vous connaissez déjà restent valables : manger diversifié et en quantités raisonnables, tout en étant plus attentive au choix des aliments. Toutes les catégories d’aliments doivent être représentées ! C’est le moment d’acquérir de bonnes règles hygiéno-diététiques pour vous et votre famille pendant la grossesse que vous appliquerez pour bébé par la suite. Le plus important : apprenez à cuisiner simple et bon pour vivre une grossesse saine et épanouie.

        alimentation pendant votre grossesse
      • Alcool et tabac pendant la grossesse : l’abstinence est de mise !

        Un principe simple à retenir : tout ce que vous ingérez ou inhalez arrive sous une forme ou une autre jusqu’à votre bébé (fœtus).

         

        Même s’il n’existe pas à ce jour aucun seuil connu quant aux quantités d’alcool (sous toutes ses formes : vin, bière, cidre…) pouvant être absorbées, celui-ci est considéré comme une substance possiblement toxique pour bébé. Les conséquences de l’alcoolisme fœtal ne pourront qu’être néfastes (risques potentiels : dysfonctionnement du système nerveux central, anxiété, dépression, toxicomanie, voire à fortes doses restriction de la croissance, anomalies faciales, …). Le taux d’alcool présent dans le sang de votre bébé sera proportionnel au vôtre. Une raison suffisante pour éviter l’alcool au cours de vos 9 mois de grossesse. L’institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (l’INPES) prône le zéro alcool. Parlez-en à votre médecin.

      • Pour la cigarette, c’est un peu la même histoire.

         

        Fumer pendant la grossesse entraîne des répercussions néfastes proportionnelles à la quantité de fumée inhalée (risques potentiels : fausses couches, prématurité, retard de croissance, ou mort du fœtus au cours du troisième trimestre de grossesse).

         

         

        Dans la mesure du possible, commencez à arrêter de fumer avant même le début de votre grossesse (des substituts nicotiniques pourront vous y aider, parlez-en à votre médecin ou pharmacien). De plus en plus de maternité ont des prises en charge spécifiques pour vous aider. Informez-vous.

        Alcool et tabac pendant la grossesse
      • Caféine et théine : en quantité modérée

        La caféine n’a pas d’effet néfaste connu sur le fœtus mais votre bébé pourrait bien se trouver plus agité par une absorption trop importante de café ou boisson à base de caféine… tout comme vous !

        Essayez de limiter votre consommation de café et de thé pendant la grossesse en ne dépassant pas plus de 2 tasses par jour.  Méfiez-vous des boissons contenant de la caféine, lisez les étiquettes.
        N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre médecin.

        caféine et théine
    • Découvrez comment équilibrer au mieux vos repas

      durant votre grossesse grâce au tableau des aliments :

      Les légumes et les fruits
      • APPORTS & BIENFAITS

        De l’eau, des fibres pour le transit intestinal surtout pour les légumes crus, des minéraux, des glucides et de la vitamine C surtout pour les fruits.

        Les légumes verts à feuilles (laitue, épinards…) sont source d’acide folique qui permet le bon développement du système nerveux de l’embryon.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        A chaque repas et selon l’appétit.

        Une demi ou un tiers d’assiette par repas.

        Plus de légumes cuits que crus pour éviter les ballonnements.

      • Comment les consommer

        Crus bien lavés, cuits, natures ou cuisinés.

        Frais, surgelés ou en conserve.

      • Points de vigilence !

        Veillez à bien les laver pour éliminer toute trace de terre (risque de toxoplasmose / salmonellose)

        Ne dépassez pas 3 fruits pas jour, ils sont riches en fructose.

        Limitez les jus de fruits. 

      Pain et autres aliments céréaliers, pommes de terre et légumes secs
      • APPORTS & BIENFAITS

        Des sucres à assimilation lente qui apportent du glucose, principale source d’énergie pour la maman et le fœtus.

        Des fibres, des minéraux et des vitamines du groupe B.

        Du magnésium pour les aliments complets. Ils réduisent la sensation de faim entre les repas et les coups de pompe. Pris en quantité raisonnable, ils évitent une prise de poids trop importante.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        À chaque repas et selon l’appétit.

        Une demie ou un tiers d’assiette en moyenne.

        Une portion de pain ou féculents.

        Méfiez-vous des grandes assiettes.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Favoriser la variété (riz, pomme de terre, quinoa, polenta, pâtes, lentilles, haricots rouges, pois chiches...), les aliments céréaliers complets, le pain bis, les pains multicéréales...

        Bien mastiquer pour éviter les ballonnements.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Limiter le soja et les produits à base de soja car ils contiennent naturellement des phyto-oestrogènes qui pourraient occasionner des effets indésirables sur le fœtus (par précaution il est recommandé de faire attention, même si les effets ne sont pas encore prouvés).

      Lait et produits laitiers (yaourts, fromage ...)
      • APPORTS & BIENFAITS

        Ils sont source de protéines de structure, de calcium et de vitamine D qui assurent la croissance et la solidité des os de votre bébé.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        Un par repas et si besoin collation.

        À savoir : entier, écrémé ou demi-écrémé, ils contiennent la même quantité de protéines et de calcium.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Privilégier les produits natures, les plus riches en calcium (lire les étiquettes), les moins gras et les moins salés : lait, yaourt, fromage blanc, etc.

        Pas plus d’une à deux rations de fromage par jour.

        Jouer sur la variété.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Éviter tous les aliments à base de lait cru pour éviter les risques de listériose (choisir des fromages au lait pasteurisé).

      Viandes, volailles, jambon, produits de la pêche et oeufs
      • APPORTS & BIENFAITS

        Les protéines animales sont une bonne source de fer, qui joue un rôle important dans l’oxygénation des organes.

        Les crustacés et poissons d’origine marine (bien cuits), sont source d’iode, essentiel pour le bon développement du cerveau de votre bébé.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        Au repas de midi et du soir, en quantité inférieure à celle de l’accompagnement (poisson : 2 fois par semaine / œufs : maximum 4 par semaine).

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Viande : privilégier les morceaux les moins gras et jouer sur la variété des espèces.

        Poisson : frais, surgelé.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Eviter les produits de la mer et carnés crus ou peu cuits (charcuterie, tartare, viandes saignantes…) pour prévenir les intoxications alimentaires et infectieuses comme la listériose.

      Matières grasses ajoutées, huile, beurre, margarine, crème fraîche
      • APPORTS & BIENFAITS

        Apport énergétique.

        Les huiles sont naturellement riches en acides gras essentiels.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        Rations : 1 noix de beurre et 3 cuillères à soupe d’huile par jour.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Privilégier les matières grasses végétales (exemple : huile d’olive) et limiter les graisses d’origine animale.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        N’hésitez pas à varier les sources d’huile pour l’apport en différents acides gras essentiels, qui ne peuvent être fournis que par notre alimentation (le corps ne sait pas les fabriquer).

      Produits sucrés
      • APPORTS & BIENFAITS

        Des sucres simples dits sucres starters à libération rapide.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        À modérer.

        Juste pour le plaisir en fin de repas.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Une cuillerée de crème de marron, de miel ou de confiture une ou deux fois par jour.

        À éviter en cas de diabète.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Ne pas consommer de sucres par épisodes isolés dans la journée (risques de pics de glycémie et de prise de poids).

      Boissons
      • APPORTS & BIENFAITS

        L’eau est indispensable pour le maintien d’un bon niveau d’hydratation de votre organisme. Elle protège des infections urinaires et aide à un bon transit intestinal (la constipation est fréquente pendant la grossesse).

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        En moyenne un litre et demi à deux litres d’eau par jour répartie, au cours et en dehors des repas.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        L’eau peut être consommée au robinet ou en bouteille.

        Certaines eaux minérales sont source de magnésium pouvant aider à éviter la constipation et les coups de fatigue.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Éviter les boissons sucrées, soda, lights ou contenant de la caféine.

        Proscrire toute consommation d’alcool.

        Ne pas consommer de l’eau du robinet si le taux de nitrates dépasse 50 mg par litre, informez-vous.

      Sel
      • APPORTS & BIENFAITS

        Il maintient une tension normale (manger sans sel, abaisse la tension artérielle et peut fatiguer).

        Iodé, il apporte de l’iode nécessaire pour le bon fonctionnement de la thyroïde de la mère et du bébé.

      • QUAND ET DANS QUEL
        VOLUME LES CONSOMMER ?

        Limiter la consommation au troisième trimestre pour éviter les œdèmes.

      • COMMENT LES CONSOMMER ?

        Pour la cuisson et en assaisonnement (très léger) de vos aliments.

      • POINTS DE VIGILANCE !

        Ne pas saler avant d’avoir goûté.

        Réduire l’ajout de sel dans l’eau de cuisson.

        Limiter la consommation de produits déjà salés : gâteaux apéritifs, chips, bouillons cubes, soupes déshydratées…

    • LES RISQUES INFECTIEUX PENDANT LA GROSSESSE...

    • Bien s’alimenter demande aussi de se montrer vigilante sur les risques infectieux encourus. En effet, si votre corps fait preuve d’adaptation pour mettre au monde un petit être, il va aussi se trouver plus fragilisé face à certaines contaminations durant ces 9 mois. Quelques conseils simples vous permettront de vous en prémunir et rester sereine. Les Laboratoires NOVALAC font le point avec vous.

      • Toxoplasmose et grossesse : restez prudente

        La toxoplasmose est une maladie infectieuse qui se contracte par le biais d’un parasite présent dans les déjections de chat, et la terre. Elle peut se contracter en consommant des crudités mal lavées, de la viande contaminée mal cuite, de l’eau contaminée.
        En cas d’infection pendant votre grossesse, le développement du fœtus pourra se trouver affecté (risques de malformations cardiaques, neurologiques et oculaires). La toxoplasmose présente en revanche peu de risques pour vous même et vous l’avez peut-être déjà contractée sans le savoir ! Si tel est le cas, votre organisme aura alors produit des anticorps et vous êtes immunisée : vous n’avez pour ainsi dire aucune chance de contracter la toxoplasmose pendant votre grossesse. Le dépistage est obligatoire dans le cadre de la déclaration de grossesse (simple prise de sang).
        Il est préférable d’anticiper pour plus de sécurité (à prévoir lors de vos visites médicales).

        Si les résultats indiquent que vous n’avez jamais été atteinte, la surveillance de la sérologie dans le sang  devra être répétée  chaque mois de votre grossesse, pour s’assurer que tout va bien.
        Vous devrez suivre pendant toute votre grossesse les mesures de prévention.  

        Cliquez ici pour connaître les précautions à prendre

        • Lavez-vous soigneusement les mains avant et après chaque repas, avant de cuisiner, après avoir manipulé de la viande crue ou des crudités souillées par la terre,
         
        • Consommez vos viandes bien cuites, y compris la volaille et le gibier pour en éliminer les bactéries. Tartares et carpaccio sont proscrits ! (évitez les viandes grillées, fumées ou marinées),

        • Lavez et pelez soigneusement les fruits et légumes, ainsi que les plantes aromatiques,

        • Nettoyez précautionneusement vos ustensiles de cuisine avant utilisation,

        • Lavez les surfaces ayant servi à la préparation des légumes,

        • Nettoyez et désinfectez votre réfrigérateur deux fois par mois (avec eau javellisée à l’aide d’une éponge neuve),

        • Évitez les contacts directs avec les objets susceptibles d’être contaminés par des excréments de chats. Ne changez pas vous-même la litière de votre chat (portez des gants si vous y êtes contrainte),

        • Évitez le contact direct avec la terre. Pensez à porter des gants si vous devez jardiner. Lavez-vous les mains après le jardinage.

        Pour plus d’informations, vous pouvez consulter ameli.fr

      • La listériose chez la femme enceinte

        D’origine bactérienne, la listériose est une maladie à transmission alimentaire, tout comme la toxoplasmose, elle est relativement inoffensive pour un adulte en bonne santé, mais en revanche risquée pour une femme enceinte. Plus spécifiquement, la maladie pourra se manifester principalement par des symptômes grippaux (fatigue, fièvre, maux de tête, courbatures…), mais les impacts pour le fœtus peuvent être une fausse couche, un accouchement prématuré. Toute apparition d’une fièvre doit inciter à consulter votre médecin.
        Afin d’écarter tout doute dès l’apparition de ces signaux, prenez rendez-vous avec votre médecin qui sera à même d’établir un diagnostic précis et vous proposera le cas échéant un traitement jusqu’à la fin de la grossesse.

        Cliquez ici pour connaître les précautions à prendre

        Évitez les aliments suivants :
        • Le lait cru et les fromages à pâte molle au lait cru et les croûtes de fromage,
         
        • Les aliments d’origine animale crus : la viande, le poisson (notamment, les sushis), les crustacés (et les produits dérivés : tarama, surimi…), les coquillages, et les poissons fumés,

        • Les graines germées crues, le persil et les herbes aromatiques (si consommées crues),

        • La charcuterie : crue ou cuite. Évitez aussi les préparations charcutières de type rillettes, terrines, produits en gelée...

        Les bons réflexes :
        • Bien cuire les aliments crus d’origine animale (viande, poisson, volaille),

        • De façon générale, consommez rapidement les aliments déballés ou susceptibles de se dégrader. Réchauffez-les avant de les consommer (la bactérie étant sensible à la chaleur), particulièrement les plats préparés ou les ‘restes’,

        • Lavez vous soigneusement les mains avant/après les repas, ainsi qu’avant et après la manipulation d’aliments crus (nettoyer aussi les accessoires ayant servi à leur préparation),

        • Nettoyez et désinfectez votre réfrigérateur deux fois par mois (avec eau javellisée à l’aide d’une éponge neuve),

        • Préférez les légumes et fruits cuits. Si vous devez les consommer crus, lavez-les soigneusement avant préparation,

        • Evitez la rupture de la chaine du froid lors du transport des aliments,

        • Surveillez les dates limites de conservation des produits, jetez les produits périmés,
         
        • Changez d’ustensiles entre les différents aliments,
         
        • Après le repas, ne laissez pas trainer les plats, mettez-les au froid.

        Pour plus d’informations, vous pouvez consulter ameli.fr

        En suivant ces quelques conseils et en étant régulièrement suivie par un professionnel de santé*, vous n’avez aucune raison de ne pas mener une grossesse idéale !

      Cas particuliers

      • Allergies / Intolérances ?

        Les allergies chez la femme enceinte, ce n’est pas automatique! Si vous ou un parent de votre conjoint ou les frères/sœurs de votre enfant à naître, êtes sujet à des allergies et/ou des intolérances, votre bébé pourra en hériter… mais pas forcément. De la même façon, il pourra développer des allergies/intolérances alimentaires alors qu’aucun parent n’en est atteint. Il y a donc peu de facteurs sur lesquels vous pouvez agir : tout au plus, évitez l'arachide, connue pour son fort potentiel allergique. Consultez un médecin avant d'écarter tout autre aliment de vos repas.

      • Végétarienne / Végétalienne ?

        La grossesse nécessite des apports nutritionnels tant pour vous que pour votre enfant à naître. Autant de nutriments dont vous pourriez manquer du fait d’un régime trop restrictif (apparition de carences alimentaires notamment en vitamine B12, vitamine D, fer, iode et calcium). Consultez votre médecin pour faire ensemble le point sur votre alimentation.

    • ... ET AUTRES PETITES COMPLICATIONS

      CHEZ LA FEMME ENCEINTE

    • Ici nous parlerons principalement des petits troubles digestifs qui pourront, surtout dans les premiers mois, ponctuer votre vie de femme enceinte. Mais soyez rassurée : vous les avez, pour la plupart, déjà rencontrés dans votre vie “avant la grossesse” !

      • Nausées matinales

        Ne pas être du matin est une chose… se lever chaque jour avec des nausées en est une autre !
        Pour vous assurer des réveils moins difficiles durant votre grossesse, prévoyez la veille un en-cas que vous disposerez sur votre table de nuit. Consommé au lit quelques minutes après le réveil, il vous donnera la force de poser pied à terre sans flancher.

      • list image
      • Brûlures d’estomac

        Parlez-en à votre médecin qui pourra vous prescrire un traitement ou un remède approprié. En attendant, mangez régulièrement pour ne pas laisser votre estomac vide, en évitant les aliments ou les substances susceptibles de l’irriter. Vous pouvez également consommer des aliments spécifiques pour apaiser vos aigreurs d'estomac durant votre grossesse, notamment des liquides froids comme de l’eau ou du lait écrémé pasteurisé. Evitez de manger des plats épicés, gras ou frits. Veillez à ne pas vous coucher de suite après le repas, ou faites un sieste semi-assise.

      • Constipation

        Alors que vous fournissez tant d’efforts pour conserver votre tonus durant votre grossesse, vos intestins, eux, auraient plutôt tendance à se relâcher… Aussi est-il judicieux une fois de plus de leur simplifier la tâche en adaptant votre alimentation en conséquence : vous pouvez consommer des pruneaux bien sûr, ainsi que des aliments riches en fibres (céréales, fruits et légumes), et boire beaucoup. Avant de prendre un traitement laxatif, n'hésitez pas à consulter un médecin pour solutionner vos problèmes de constipations pendant votre grossesse.

      • Diarrhées

        Moins fréquente que la constipation, la diarrhée pendant la grossesse dure généralement moins longtemps. Modifier quelque peu son alimentation reste le moyen le plus efficace de lutter contre ce trouble digestif : manger du riz cuit dans une eau légèrement salée (n’hésitez pas à boire le bouillon d’après-cuisson), de la purée de carottes, de la gelée de coings ou de myrtilles, de la pomme râpée crue et de la banane bien mûre (écrasée).

      • Ballonnements digestifs

        Chez la femme enceinte, les ballonnements tiennent davantage aux bouleversements hormonaux qu’à la nature des aliments consommés. Votre transit intestinal a tendance à ralentir, provoquant le gonflement des intestins. Pour le faciliter, optez pour des repas légers mais plus fréquents, en prenant votre temps pour mâcher tout en avalant le moins d’air possible.
        Quant aux vieux remèdes de grand-mère, ils restent plus que jamais d’actualité ! N’hésitez pas à boire une tisane digestive après le repas : camomille, verveine ou tilleul pourront vous soulager.

    • * Médecin, pharmacien.