• Claire, Paris, Diététicienne

      Claire, Paris

      Diététicienne

    • LE LAIT MATERNEL,
      CHAMPION TOUTES CATEGORIES

      Le lait maternel est capable d’assurer à lui seul la nutrition de votre nouveau né durant les six premiers mois de sa vie.
      Sa composition (il contient tous les éléments nutritifs nécessaires à la croissance) couplée à ses propriétés protectrices (notamment antiallergiques) font réellement de lui l’aliment idéal pour votre nourrisson.
      Vous pouvez d’ailleurs tout à fait continuer à le lui proposer au-delà de la période des 6 mois, tant que vous l’intégrez au sein d’une alimentation diversifiée.

    • L’ALLAITEMENT MATERNEL

      • L’allaitement maternel couvre tous les besoins nutritionnels liés à la croissance de votre bébé et lui assure une bonne santé.
        Les Laboratoires Novalac vous disent tout sur cette pratique 100% naturelle.

        • NUTRITIVEMENT PARFAIT

          Vitamines, sels minéraux, oligo-éléments, sucres, graisses, protéines, acides gras… C’est simple, le lait maternel contient tout ce dont votre bébé a besoin, et toujours dans les bonnes quantités !

          NUTRITIVEMENT PARFAIT
        • Meilleure digestibilité

          Une fois dans l’estomac de votre bébé, le lait maternel se fige en très fins flocons, lesquels sont ensuite facilement dissous par les sucs gastriques. Sa digestion est très facile, elle ne fatigue ni les reins, ni le foie, et contribue à diminuer les gaz.

           

          Source : Dr Lyonnel Rossant et Dr Jacqueline Rossant-Lumbroso, livre « Bien nourrir son bébé : De 0 à 3 ans » paru aux éditions Odile Jacob 01/2007

          Digestion
        • En évolution constante

          La composition du lait maternel s’adapte en permanence aux besoins de votre bébé. Le colostrum des débuts (jours 1 à 6) cède tout d’abord la place au lait de transition (jours 6 à 14) avant d’évoluer en lait mature (à partir du 14ème jour). Et ce n’est pas tout, le lait évolue au fil des jours mais également en cours de tétée : il s’enrichit notamment en graisses à mesure que le sein se vide.

          Evolution
        • Protection contre les infections/allergies

          Votre bébé n’en est qu’au tout début de sa vie, il n’a donc pas encore pu développer les anticorps le protégeant des agressions extérieures. Heureusement, il peut compter sur les vôtres ! Le lait maternel se chargera de les transmettre pour vous, tout comme il réduira les risques d’allergies de votre bébé en cas de terrain favorable.

          Protection infections
      • Outre le fait de nourrir votre bébé avec du lait maternel, allaiter offre de nombreux avantages dans votre vie de maman.

        • Un lien affectif mère-enfant renforcé

          Dans ses tous premiers mois, votre bébé n’a pas d’autre préoccupation que celle, instinctive, de se nourrir. Et quoi de plus naturel que de recevoir son alimentation directement au sein de sa maman ? C’est avec vous qu’il fera ses premières expériences du toucher, de l’odeur et bien sûr du goût. Au-delà du contact physique qui vous unit au moment des tétées, la confiance qu’il vous accorde grandit au fur et à mesure, renforçant chaque jour un peu plus le lien affectif entre vous.

          lien
        • Toujours disponible

          Chaque bébé est différent ! Alors même si le nombre de tétées est plus ou moins similaire chez tous les nourrissons, il faudra parfois répondre à des demandes spontanées. L’allaitement maternel vous permet de faire face à toutes ces situations puisque votre lait est toujours prêt et à bonne température, quelque soit le lieu où vous vous trouvez.

          disponible
        • Simple et pratique

          Pas d’accessoires à transporter, pas de préparation à doser, mélanger, réchauffer… votre lait est prêt à être consommé, vous n’avez rien à préparer. Et dans la majorité des cas, votre bébé saura parfaitement comment s’y prendre, sans intervention particulière de votre part.

          simple
        • Économique

          Allaiter ne vous occasionnera aucune dépense, hormis l’achat de quelques accessoires pour couvrir certains besoins spécifiques : tire-lait pour désengorger vos seins et/ou en cas d’impossibilité d’allaiter à un moment précis, coussinets mammaires de protection pour vous protéger et faciliter les tétées...

          eco
        • Bénéfique pour votre bébé... et pour vous aussi !

          L’allaitement maternel ne profitera pas seulement à votre bébé. En effet, les mécanismes corporels mis en oeuvre présentent de nombreux avantages directs pour votre santé : l’utérus revient plus rapidement à son état pré-accouchement (taille, forme et tonicité), le risque de cancer des ovaires et du sein est diminué en cas d’allaitement prolongé, tout comme celui d’être sujette à de l’ostéoporose.

           

          Source : Le guide de l’allaitement maternel « PNNS » www.inpes.sante.fr

          sante
    • L’ALLAITEMENT : RECOMMANDé POUR TOUTES LES MAMANS ?

      L’OMS préconise l’allaitement pour votre bébé jusqu’à ses 6 mois.

      Souvenez-vous que :

      • Si vous décidez d’allaiter :

        • Les accoutumances à des produits tels que l’alcool ou le tabac devront être totalement proscrites (voir plus bas) ;

        • Le fait de suivre un régime alimentaire spécifique (végétalien, par exemple) pourra occasionner des carences chez votre bébé ;

        • Les médicaments pris dans le cadre d’un traitement sont incompatibles avec l’allaitement car ils présentent un risque d’être transmis à votre bébé par le lait maternel (consultez votre médecin).

      • Si vous souhaitez mettre fin à l’allaitement et sevrer votre bébé, quelle qu’en soit la raison (nutritive : insuffisance des apports / médicale : douleurs et lésions des mamelons, traitement médicamenteux, etc / personnelle : reprise du travail, etc), il sera difficile de revenir sur votre décision car vos montées de lait cesseront dans le temps.
         
        • Si vous décidez un arrêt de l’allaitement, soyez sûre de choisir un moment opportun. Si possible en dehors des périodes de grand changement (stress important, déménagement, changement de travail, etc).
         
        • Vérifiez avec votre médecin qu'il n'existe pas dans votre famille ou chez votre bébé des antécédents médicaux qui nécessiteraient de retarder votre décision de sevrer (allergies, etc).

    • L'ALLAITEMENT MIXTE

      Entre l’allaitement intégral et le 100% biberon, vous hésitez ?
      Pour un sevrage en douceur privilégier l’allaitement mixte :
      on parle en effet d’allaitement mixte lorsque les tétées au sein et les biberons sont alternés.

      Cette forme de nutrition (allaitement et biberon) peut être pratiquée aussi longtemps que vous le souhaitez en incluant
      des biberons préparés soit avec votre propre lait (des accessoires spécifiques de type ‘tire-lait’ existent pour cela),
      soit à base de laits infantiles. Ne démarrez l'allaitement mixte qu’entre le 4ème et le 6ème mois,
      le temps que votre lactation soit bien ‘rôdée’ et ne pâtisse pas trop du nombre réduit de tétées.

      • Le fait d’allaiter est naturel et instinctif, mais peut néanmoins être source d’interrogations !
        Découvrez toutes nos réponses pour qu’allaitement soit avant tout synonyme d’épanouissement.

      • J’ai les seins trop petits pour allaiter…

        La lactation est un processus interne régi par le bon déroulé des tétées, de sorte à toujours pouvoir fournir à votre bébé les quantités de lait maternel nécessaires. Le volume des seins n’a pour ainsi dire aucun rôle à jouer quant à la production de lait. D’autre part, souvenez-vous que ce mode d’alimentation est instinctif pour votre bébé, qui n’aura donc aucune difficulté à trouver votre poitrine et téter.

        J’ai peur de ne pas avoir assez de lait…

        Soyez tranquille : votre corps s’occupe de tout ! La lactation (le fait de produire du lait) démarre dès le début de la grossesse et continuera d’elle-même tant que votre bébé tête de façon fréquente et efficace (la têtée doit vraiment donner lieu à l’absorption de lait).

        C’est ce ‘retour d’information’ qui permet à votre organisme de savoir où il en est et donc quelles quantités produire.

        Dois-je éviter certains aliments

        Il n’existe pas de contre-indications alimentaires. Tout au plus certains aliments pourront modifier le goût de votre lait pour le plus grand plaisir de votre bébé… ou pas ! Quoi qu’il en soit, ces petites variations constitueront autant de bonnes occasions de lui faire découvrir de nouveaux goûts, en prévision de la diversification alimentaire.

        Si j'allaite, le papa va se sentir exclu

        Soyez tranquille, le papa a toute sa place dans l'univers de votre bébé : le changer, lui donner son bain, le coucher ou passer du temps avec lui, seront autant d’occasions pour votre conjoint de nouer des liens ensemble ! Si vous donnez la tétée, il pourra vous amener votre bébé. Si vous décidez de tirer votre lait, il pourra aussi lui donner le biberon.

        Mon lait sera-t-il assez nourrissant ?

        Non seulement votre lait contiendra absolument tous les nutriments nécessaires au bon développement et à la bonne santé de votre bébé, mais il évoluera de lui-même au cours du temps afin de couvrir les besoins spécifiques à chaque période de sa croissance. Si votre bébé ne vous parait pas prendre suffisamment de poids, consultez votre pédiatre.

        Je ne pourrais pas allaiter longtemps... est-ce que ça vaut la peine de commencer ?

        Absolument, tout allaitement, aussi court soit-il, est souhaitable. Car même s’il ne dure qu’un temps, il sera bénéfique à votre santé et à votre bébé.

        Dois-je boire plus pour avoir plus de lait ?

        Ce n’est pas nécessaire. Hydratez-vous suffisamment, comme vous le feriez habituellement. La lactation est un phénomène indépendant des quantités d’eau absorbées. D’autre part, donner plus de lait n’est pas nécessairement un objectif en soi : ce qui importe, c’est de donner la juste quantité en fonction de l'appétit du bébé. Faites confiance à la capacité auto-régulatrice de votre organisme pour cela.

        J’ai peur des problèmes de crevasses ou d’engorgement en cas d’allaitement…

        Le phénomène d’engorgement durant l’allaitement se produit en cas de consommation de lait trop faible par votre bébé (le lait s’accumule alors en quantités trop importantes dans vos seins).
        Les crevasses ont quant à elles, tendance à apparaître lorsque votre bébé tête mal (exemple : mauvaise prise du sein).
        Pour remédier à ces troubles, assurez-vous de sa bonne position au cours des tétées et veillez à ce qu’il reste actif tout du long afin que l’écoulement se produise bien.

        L’allaitement peut-il être contre indiqué pour des raisons de santé ?

        Oui. Certaines maladies ou traitements médicamenteux sont en effet de nature à être transportés dans le lait maternel et pourraient donc être transmis à votre bébé. La prudence étant de mise, adressez-vous à votre professionnel de santé (médecin ou sage-femme) pour vous conseiller.

        J’attends des jumeaux : pourrais-je les allaiter tous les 2 ?

        Si votre corps a réussi à donner la vie à 2 petits êtres, vous pouvez être confiante sur sa capacité à les alimenter à présent ! La quantité de lait produite étant directement liée à celle absorbée lors des tétées, votre organisme produira de lui-même de quoi rassasier vos deux nourrissons, sans que vous ayez besoin de vous alimenter davantage.

        Faut-il alterner les 2 seins à chaque tétée ?

        Il est préférable d’alterner les 2 seins au cours de la tétée et de ne pas commencer par le même sein à la tétée suivante.

        J’ai connu des grossesses rapprochées. Cela aura-t-il un impact sur ma capacité à allaiter ?

        Votre organisme ayant été mis à l’épreuve plusieurs fois, vos réserves en vitamine D, en folates et en fer se sont amoindries. Il vous faudra donc reprendre quelques forces pour allaiter sereinement. Adressez-vous à votre professionnel de santé qui saura vous indiquer comment adapter votre alimentation et vous prescrire des suppléments médicamenteux si nécessaire.

      • Lorsque vous étiez enceinte, tout ce que vous mangiez arrivait d’une manière ou d’une autre jusqu’à votre bébé. Et en ce qui concerne l’allaitement maternel, il en va de même : la plupart des bonnes habitudes prises pendant la grossesse restent donc valables. En effet, votre bébé reçoit tellement de vous via le lait maternel qu’il est impossible de choisir ce que vous voudriez lui transmettre ou pas. Les bonnes comme les mauvaises choses lui parviendront. Apprenez à les reconnaître pour mieux les éviter.

      • Alcool

        C’est sûr et certain : les boissons alcoolisées ne contiennent pas des nutriments bénéfiques à la croissance de votre bébé. Ce serait même plutôt le contraire. Dès lors, autant minimiser les risques et s’abstenir de toute consommation au cours des mois d’allaitement. Et si vraiment vous aimez la sensation procurée par un verre à la main, pourquoi ne pas vous laisser tenter par un « virgin » cocktail par exemple ? (cocktail sans alcool)

        Tabac

        Vis à vis du tabac et de l’allaitement, deux principes de précautions sont à observer.
        Le premier concerne bien sûr les substances que vous ingérez directement lorsque vous fumez, puisque les produits toxiques tels que la nicotine ou le monoxyde de carbone passent dans le lait maternel. Cigarette et allaitement ne font pas bon ménage, il est donc recommandé de vous arrêter de fumer pendant toute la durée de l’allaitement. Des substituts nicotiniques peuvent vous y aider, parlez-en à votre médecin.
        Le second concerne le tabagisme passif, soit les fumées que votre bébé respire de façon non-intentionnelle. Autant que possible, évitez de l’y exposer, particulièrement dans les endroits confinés, comme l’habitacle d’une voiture. Si le papa est fumeur, demandez-lui de fumer en dehors de la maison.

        Caféine / Théine

        Le petit café en fin de repas, un plaisir que votre petit ne connait pas encore...
        La caféine ne présente pas de risque critique mais pourra avoir sur votre bébé les mêmes effets que sur vous. Il pourra être temporairement ‘excité’, bien que son organisme soit lui encore à l’état de construction, et donc fragile. Essayez de limiter votre consommation journalière. Le café décaféiné ne pose pas de problème particulier et peut être utilisé en substitut.

        Soja et produits à base de soja

        Le soja contient des phyto-œstrogènes (oestrogènes-like) transmissibles par le lait maternel. Si leur effet nocif sur la santé des bébés n’a pas encore été scientifiquement démontré, il convient néanmoins d’être prudent. Pour cela, évitez de consommer des compléments alimentaires aux extraits de soja, tout comme les aliments à base de soja (1 par jour au maximum).

        Produits enrichis en phytostérols

        Les risques éventuels liés à l’ingestion de phytostérols n’ont pas encore pu être établis avec certitude. Par précaution, il est donc recommandé de les éviter. Soyez vigilant car de nombreux produits destinés aux personnes souffrant de cholestérol en contiennent (margarine, yaourts…).

        Cas des allergies

        Sauf avis médical, les aliments contenant de l’arachide sont quant à eux les seuls que vous devez éviter de manger pendant l’allaitement. Et c’est tout ! Car le lait maternel contient naturellement de quoi aider votre bébé à lutter contre les allergies, en présence d’un risque héréditaire (c’est à dire si un parent de 1er degré est sujet à des allergies : vous-même, votre conjoint(e) ou les frères et soeurs de votre bébé). C’est pourquoi afin de ne pas réduire l’effet de cette auto-défense, il est recommandé d’alimenter votre bébé avec votre seul lait au cours des 6 premiers mois.

        Médicaments

        La prise de médicament peut affecter votre bébé lors de l’allaitement. Pour savoir si votre traitement est en adéquation avec l’allaitement d’un bébé, nous vous invitons à en parler avec un professionnel de santé. Il est déconseillé de faire de l’automédication pendant cette période.

        Source : Le guide de l’allaitement maternel « PNNS » www.inpes.sante.fr

    • L’ALLAITEMENT AU QUOTIDIEN

    • Que manger lorsque vous allaitez ? Comment faire pour que les tétées se passent au mieux ? Et surtout : comment être sûre que votre bébé est bien alimenté ?
      Aussi instinctif qu’il soit, l’allaitement peut comporter quelques zones d’ombres, particulièrement s’il s’agit de votre première fois.
      Les Laboratoires Novalac vous disent tout.

      • 1, 2, 3… ALLAITEZ !
        Quand démarrer l'allaitement ?

        Le réflexe de succion est inné chez votre bébé. N’hésitez donc pas à lui donner sa première tétée le plus tôt possible après l’accouchement car c’est elle qui marquera le début du processus de lactation (production de lait).

        Combien de tétées donner par jour ?

        Chaque bébé est différent et il n’existe pas de nombre exact de tétées devant être données au cours d’une journée.
        La règle est on ne peut plus simple : allaitez aussi souvent que nécessaire !
        Votre bébé peut exprimer son désir de lui-même, mais vous pouvez aussi spontanément lui proposer le sein dès les premiers signes d’éveil (avant qu’il ne pleure).
        Enfin, plus votre bébé tête, plus vous limitez les risques d’engorgements, et vous vous assurez d’une production de lait régulière et pérenne.

        Allaitement et positions : laquelle choisir ?
        • Il n’existe pas une meilleure façon dans l’absolu. Plusieurs positions sont recommandées, à vous de trouver celle qui vous correspond le mieux à tous les 2.

          • La position de la berceuse (ou "de la Madone")

            C'est la position classique

            pos-1
          • La berceuse modifiée (ou "Madone inversée")

            Cette position est bien adaptée pour les premiers jours. Elle vous permet de bien guider la tête de votre bébé et de soutenir sa nuque d’une main ; l’autre main peut soutenir le sein si nécessaire.

            pos2
          • La position allongée

            Allongée sur le côté, un coussin entre les jambes et dans le dos, vous avez la jambe supérieure repliée pour ne pas basculer en avant. Votre bébé est allongé en face de vous, loin du bord du lit, sa bouche au niveau du mamelon. S’il n’est pas tout à fait à la bonne hauteur, placez sous lui une serviette repliée pour le mettre bien.

            Source : Le guide de l’allaitement maternel « PNNS » www.inpes.sante.fr

            pos3
          • La position "ballon de rugby"

            Votre bébé est sur le côté, à la hauteur de votre taille, soutenu par un coussin et maintenu par votre bras. Sa nuque repose dans le creux de votre main, tandis que l’autre main soutient le sein.

            pos4
        Quelle doit-être la durée d'une tétée ?

        Là aussi, cela dépend de votre bébé. Certains sont très actifs et vite rassasiés, d’autres prennent leur temps et n’absorbent pas forcément de lait à chaque succion.
        La tétée étant un moment doux et agréable, certains bébés dormeurs pourraient avoir tendance à s’assoupir. Pensez à les stimuler pour ne pas qu’ils s’endorment.

        Comment savoir si votre bébé se nourrit bien ?

        Vous pouvez facilement savoir si votre bébé est correctement nourri grâce à ces quelques indicateurs (il ne s’agit que de moyennes).

        • Succions nutritives
          Amples et régulières.
        • Dégustation
          Fréquentes et régulières.
        • Urines
          5-6 couches lourdes par 24h.
        • Comportement
          Eveil spontané :
          le bébé se réveille et tète
          de 8 à 12 fois par 24h.
        • Selles
          Le premier mois plus de 3
          par 24h, molles, granuleuses
          et jaunes.
    • LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE

      Quelque soit la durée d'allaitement choisie, n’oubliez pas que dès le 5ème mois, l’alimentation de votre bébé ne doit plus être constitutée exclusivement de lait (maternel ou infantile). C’est la diversification alimentaire.